dimanche 20 juin 2010

Danièle Duteil – Recension (abrégée) du recueil de tanka Français / Anglais D'âmes et d'ailes / of souls and wings de Janick Belleau (Editions du Tanka francopnone, mars 2010, ISBN 978-2-9810770-5-9).
Recension parue dans la Revue du tanka francophone, no 10 – juin 2010.

D’âmes et d’ailes : un ensemble de 91 tanka structuré en sept séquences. Le fil qui les sous-tend apparaît nettement : il s’agit d’une poésie ancrée dans l’environnement immédiat de l’auteure et dans les saisons ponctuant la fuite du temps ; au gré de l’instant vécu, elle laisse jaillir l’émotion qui réactualise la mémoire. (…)

D’âmes et d’ailes explore de nobles sentiments ou de grands thèmes (… et) indique clairement que la Femme occupe la place centrale du recueil. (…)

Fraiche matinée
les samares voltigent
stabat mater
monte la voix d’Emma Kirby
le temps suspendu

(…) Si le recueil s’ouvre sur le chant, (…) n’est-ce pas pour rappeler que le tanka, tout comme le waka des origines, est bien un chant aux accents lyriques ? Qui plus est, un chant éminemment féminin car la femme a largement contribué à l’émergence de ce genre poétique. (…)

(Le chapitre) Feu ardent loue l’amour et la sensualité. Du monde, monte inlassablement un chant, tel un hymne à la vie d’où surgit l’émotion (…) ; il figure aussi la voie reliant l’infime au général, l’individuel à l’universel. (…) Au coeur de cette impermanence, la seule certitude semble être l’amour infaillible de la poétesse :

Au lever
mes cheveux sur le peigne
à la tombée du jour
feuilles d’érables dans le vent
tout passe… sauf mon amour

(…) Le recueil s’achève (…). Dans la ville-berceau du tanka et face à ses soeurs « poétesses de waka » à qui elle rend hommage, elle ramène (…) le moi à la petite dimension qu’il lui revient d’occuper dans ce vaste monde. En même temps, elle sait que la poésie (…) est le moyen d’accéder à l’éternité.

A Kyôto
rendant visite
aux poétesses de waka –
se souviendra-t-on encore de moi
dans mille printemps

La boucle est bouclée (…). Ainsi en témoigne l’hommage rendu à chacune depuis Marie (…) jusqu’à celles qui ont laissé au tanka ses marques de noblesse, en passant par toutes les contemporaines qu’un chemin de vie semblable à celui de l’auteure unit.
D’âmes et d’ailes est un recueil finement travaillé, sensible et fort, propre sans doute à émouvoir les esprits de ses lectrices et de ses lecteurs. (… Il) s’ancre à la fois dans la tradition du tanka en deux parties (la première évoquant le plus souvent la nature et la seconde un sentiment ou une émotion inspirés par cette nature) et dans la modernité de la vie contemporaine, de la langue, de la démarche.

***

Aucun commentaire:

Publier un commentaire