lundi 23 janvier 2012




port vide
le bateau sur sa quille
couvert de mouettes

accrochées au pont
dernières brumes nocturnes
la lumière hésite

en première ligne
quelques cupressus * tordus
chant du vent

cyprès couché
de gigantesques terriers
sous la souche

la mer
et les tracteurs refluent
plus que des bernaches

année du dragon
sur l'estran les hippocampes
tous disparus



*Le cupressus, ou cyprès de Lambert, est originaire de Californie. Ses racines superficielles le rendent fragile face aux assauts du vent. 
**



le coquillage vide
les messages effacés
une mer sans étoiles

**

16 commentaires:

  1. Je ne suis pas un expert dans la composition de si beaux petits poèmes, mais à la lecture de ces derniers, mes pensées ont pris le large, et cela est bénéfique pour le moral

    Sic

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux qui, comme Ulysse, s'en revint plein d'usage et raison... Impossible de passer par un commentaire oridinaire, donc... Une auteure en pleine forme avec des observations pointues et des haïkus de qualité.

      Supprimer
    2. @ Marcel,
      La physionomie de blogspot a changé. Impossible de sonder tous ses mystères. Merci du commentaire !

      Supprimer
  2. @ Sic, tant mieux ! Le haïku est aussi fait pour cela. Pour ma part, j'ai besoin de respirer l'air du large avant de me mettre en route. J'ai lu le dernier "mots de comptoir" avec beaucoup de plaisir mais je ne suis pas parvenue à laisser un commentaire.

    RépondreSupprimer
  3. Entre mer et ciel, l'ile de ré que j'ai visité il y a plus de 20 ans... beau voyage à travers ces mots !

    RépondreSupprimer
  4. @ Cratès,
    De minuscules émerveillements sur une terre minuscule.

    RépondreSupprimer
  5. Contente de voir de retour ! Et pleine d'admiration devant ta capacité d'inclure dans ton billet une vidéo (pour moi, ça reste encore un mystère comment il faut s'y prendre...)

    Mon préféré parmi les haïkus du jour est le dernier. Et je constate que nous avons eu la même idée pour le kigo... !

    P.S.
    J'aime bien la nouvelle fonction qui permet de répondre directement à un commentaire en particulier. Malheureusement mon hébergeur ne l'offre pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monika,
      Tu n'as peut-être pas la possibilité d'insérer une vidéo avec xanga. Ici, c'est très simple, comme pour les photos.
      Je viens d'aller voir ton kigo. Il fallait bien marquer le coup aujourd'hui !
      Et pour la nouvelle fonction, elle s'est installée toute seule, si bien que je n'ai pas toujours le réflexe de passer par elle.

      Supprimer
  6. Oh, tu nous gâtes pour ton retour! Merci!
    En lisant cet haîku que j'aime beaucoup:
    accrochées au pont
    dernières brumes nocturnes
    la lumière hésite

    j'ai tout de suite pensé à ce vers de Lorca: ¡La noche cuelga del cielo! (la nuit pend du ciel).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à Colo,
      Lorca... Rien que lui ! Et un des poètes que j'aime particulièrement. Merci, Colo !

      Supprimer
  7. le coquillage vide
    les messages effacés
    une mer sans étoiles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. JEA,

      "Il y a toujours un rêve qui veille,
      désir à combler,
      faim à satisfaire"

      Eluard

      Supprimer
  8. Heureux de te retrouver.
    J'aime beaucoup tes haïkus.

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir, Danièle,

    Merci pour un film intéressant:)

    -
    J'aime particulièrement votre haïku dernière:

    "année du dragon
    sur l'estran les hippocampes
    tous disparus"

    Heh ... Superbement:)

    Amitié,
    K.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup de me donner votre avis, cher Karol.

      Supprimer