vendredi 21 septembre 2012

Shikoku Muchujin-Shikoku Haïku Méguri “Balade – Haïku dans l’île de Shikoku” (20)

SHIKOKU : 17 SEPTEMBRE




nuit interrompue
le bruit de l'averse couvre
sa respiration


pendant le bain chaud
la pluie d'automne survient
quelqu'un me fait signe



Au matin le jardin, tout lumineux sous les gouttelettes d'eau, offre visage encore plus resplendissant. Quel bonheur de flâner à la fraîche dans ce havre de paix et de verdure !
Mais très vite le soleil revient à la charge...


pavillon fermé
la sauterelle relie
deux coins de ciel vides


La maison s'anime. Nous prenons place autour du Kakatsu (table basse chauffante), assis sur nos Zabuton (coussins plats), pour déjeuner de pain, de fruits et de jus de tomate. Après quoi, toujours assis en tailleur, nous entamons la conversation.




Mme Kei nous honore bientôt de la visite de son pavillon d'été (roji), dans lequel a lieu de temps en temps la cérémonie du thé.






ouvrant la fenêtre
un lézard tombe à mes pieds
le bruit d'un balai

**


Ermitage de Sôkan




La journée se poursuit par une visite au temple Kousiyoji où se situe l'ermitage de Sôkan. M. Masazumi Noguchi, écrivain lauréat du prix Kan KIKUCI, nous guide.
L'atmosphère est détendue. Monsieur Noguchi présente Sôkan (Yamasaki Sôkan), poète du 16e siècle, assez injustement mal connu en France alors qu'il est un peu le grand-père du haïku : Sôkan a développé le haïkaï-renga, poésie collaborative basée sur la surprise et le comique, n'écartant pas au besoin un peu de vulgarité. Bashô fera évoluer cette forme vers le haïkai, ancêtre du haïku.



Après avoir présenté une série de documents, M. Noguchi montre la calligraphie qu'il a effectuée sur une courge longue (hechime) :



anniversaire de Shiki
j'ai un petit empêchement
je ne peux m'y rendre

"Signé" Sôkan

En fait Shiki, à qui l'on doit le haïku moderne tel que nous le connaissons, n'a jamais honoré de sa visite l'ermitage de Sôkan. Le haïku de M. Noguchi rappelle, non sans malice, cette réalité.
Il faut se souvenir que, malade et alité à la fin de sa vie, Shiki n'avait pour tout spectacle depuis sa chambre que son jardin, le ciel et la vue des hechime qui étanchaient bien sa soif lorsqu'il était fébrile.

Pendant ce temps, la pluie s'est remise à tomber et nous devons, quelque peu dévorés par les moustiques, nous abriter sous l'avancée de l'ermitage avant de poursuivre notre chemin. M. Noguchi en profite pour effectuer de superbes calligraphies qu'il nous remettra en cadeau de bienvenue. Un de plus ! Partout à Shikoku nous avons reçu un accueil des plus chaleureux, nos hôtes étant manifestement enchantés d'accueillir des haïkistes français.



Avant de rentrer chez Mme Kei, une petite visite au musée des chariots (musée du Cyohsa) s'impose. Il s'agit de chariots décorés qui déambulent dans les rues lors de la fête de la récolte du riz. Ils sont portés par les hommes les plus robustes.


Chez Mme Kei, où nous sommes décidément très très gâtés, nous attend une magnifique soirée :

La table dressée pour le repas





Théâtre no






Comme il ne s'agit pas de faire les choses à moitié, la cérémonie du thé nous est également offerte, pour notre plus grande joie.


Un grand merci, Mme Kei !


Pas question d'aller se coucher sans avoir participé au traditionnel kukaï (concours de haïku) qui nous mène assez tard dans la nuit.
Pour Mme Kei, le haïku est obligatoirement rythmé en 5 / 7 / 5 et doit comporter un mot de saison (kigo) ainsi qu'une césure (kiregi). Elle préfère de loin ceux qui suggèrent.

Les haïkus sont lus en Français puis traduits en Japonais par notre charmante organisatrice Maïko.

mes cheveux coupés
je croise au jardin
un petit papillon blanc

Mme Kei


L'heure du repos nocturne est venue...

le vent sur la cloche
à quoi rêve ma compagne
derrière le shoji ?

**

18 commentaires:

  1. Un vrai régal des yeux et de l'esprit !!! Quel voyage magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Nous avons en effet beaucoup de chance. Le voyage réserve chaque jour son lot de merveilles.

      Supprimer
  2. Des perles de pluie à la jolie table ronde...
    Merci à la chroniqueuse.

    RépondreSupprimer
  3. avec les gouttes de pluie en fond sonore, la poésie s'invite des mots à la table si bien dressée et nous suivons pas à pas toutes ces rencontres: richesse des sollicitations, accueil formidable, culture raffinée: saurions-nous en faire autant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Maïté ! Avec la meilleure volonté, nous aurions du mal à en faire autant.

      Supprimer
  4. Un voyage typique vraiment merveilleux!...Y a t-il un perdant et un gagnant à ce kukaï?...je veux tout savoir..ou presque! Rires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a eu une gagnante (pas moi !) mais il n'y a jamais de perdant.

      Supprimer
  5. Le dépouillement de l'intérieur de la maison est un contrepoint à la végétation, l'accueil, la table, tous chargés d'émotions, de plaisirs...Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Colo ! Ce serait difficile d'imaginer mieux.

      Supprimer
  6. Belle aventure
    depuis les jours s'écoulent -
    balade haïku!
    - 海子 -

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre visite, Okasan ! Une très très belle aventure en effet.

      Supprimer
  7. Envieux du beau voyage -
    à l'écran la consolation
    de l'amitié en images

    Très beau récit

    RépondreSupprimer
  8. Quelle belle aventure dans ce pays qui me fait rêver.Je te suis virtuellement dans ces lieux magiques.
    Moissonne de belles images
    Merci pour ce merveilleux partage et peut être que mon pinceau ...
    jacqueline

    RépondreSupprimer
  9. Heureuse de te retrouver ici, Jacqueline, pour partager ces superbes moments ! Amitiés.

    RépondreSupprimer