samedi 1 septembre 2012

Shikoku Muchujin-Shikoku Haïku Méguri “Balade – Haïku dans l’île de Shikoku” (10)


J - 11


fin de canicule
qui pointe-t-elle de l'index
la forêt ?

**

HÔSAI 
("Celui qui a lâché prise")


En 1885, naît Hôsai (Ozaki) à Tottori.
Sous l'influence de Seisensui Ogiwara, il se passionne très jeune pour  le haïku. Diplômé à Tokyo en 1909, il commence à sombrer dans l'alcoolisme suite à des déboires amoureux.
Il travaille quelques années dans une compagnie d'assurance qu'il quitte bientôt pour devenir moine boudhiste. Mais son penchant pour l'alcool ne s'arrange pas, si bien que sa vie ne sera que souffrance et errance.
Il finit ses jours en 1926, sur l'île de Shodo, dans l'ermitage Nango ("le pays natal du Sud"). 
Sa poésie, très libre, est empreinte d'une profonde solitude.


Une journée sans un mot -
j'ai montré
l'ombre d'un papillon


Au fond de la brume
le bruit de l'eau -
je pars à sa rencontre


Si seul
que je fais bouger mon ombre
pour voir


Ozaki Hôsai

Anthologie du poème court japonais (Corinne Atlan, Zéno Bianu, Poésie/Gallimard, 2006).

**

6 commentaires:

  1. le soleil a cassé sa canne
    sur le cul
    de l'horizon

    RépondreSupprimer
  2. Un livre intéressant et j'aime bien le travail de Zéno Bianu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut lire aussi "HOSAI : sous le ciel immense sans chapeau", aux éditions Moundarren 1997).

      Supprimer