vendredi 12 février 2010

lourd
le balancier
du temps qui passe
inutile



lourd le balancier
du temps qui passe inutile
ça sent la compote


(Danièle DUTEIL, "La pluie bat la dune", Ed. des petits riens, haïkouest)

7 commentaires:

  1. Un texte à analyser. Assez abstrait pour un haïku, me semble-t-il, mais...

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mop et Anne-Sophie de vos remarques. Abstrait, par vraiment pour moi ; "inutile", parfois j'ai eu cette impression... C'est la maison de mes grands-parents, une ambiance générale, mon ressenti. La version non tronquée est en fait :

    lourd le balancier
    du temps qui passe inutile
    ça sent la compote

    (Danièle DUTEIL, "La pluie bat la dune", Ed. des petits riens, haïkouest)

    RépondreSupprimer
  3. La version complète est excellente, là, tout est concret (smile)

    RépondreSupprimer
  4. Moi, je suis un peu comme annesophie : c'est le mot "inutile" qui m'a "chicotée", comme on dit ici. (Il faut dire qu'un temps où ça sent la compote ne m'apparaît, de prime abord, pas inutile du tout - gourmande que je suis... :-) plutôt comme une promesse d'un délice prochain... Mais c'est la poète qui sait ce qu'elle a ressenti !

    RépondreSupprimer
  5. Ah ! Monika... La bonne odeur de compote apporte très justement à ce haïku un rayon de soleil et de vie.

    RépondreSupprimer