samedi 30 mars 2013

TANKA

Version tanka


au fond du placard
un cahier vieux de trente ans
page d'écriture
à l'abri du temps les pleins
et les déliés du passé



Note : Il s'agit en fait du journal de classe de ma mère qui était institutrice. Pour la traditionnelle leçon d'écriture, c'est mon père qui, de sa très belle écriture, exécutait sur les pages à carreaux les modèles de lettres destinés aux cours moyens. 


**

12 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci de ta visite, Marcel. Bonne journée !

      Supprimer
  2. La version tanka est tout aussi belle et émouvante. Une belle affaire de famille, qui donne un début d'explication sur ton chemin vers les belles lettres. Joyeuses Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, pour les "Belles Lettres", l'écriture de mon père a toujours fait mon admiration ! Joyeuses Pâques également !

      Supprimer
  3. Le tableau numérique est en train de supplanter le tableau blanc qui avait lui même supplanté le tableau noir.
    Un monde qui m'est cher aussi et dont j'ai gardé l'amour de l'écriture cursive.
    En quelques mots, tout un passé se dessine avec son application, ses odeurs, ses symboles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Aliénor, c'est tout un monde qui revient en mémoire avec ces lettres tracées au porte-plume. Je crois que je vais m'acheter une ancienne table d'écoliers, avec ses deux pots à encre en porcelaine. Joyeuses fêtes de Pâques.

      Supprimer
  4. Ah oui ! Je me souviens... de ta version tanka !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le tanka que tu connais, Monika, est sans doute celui du vieil agenda. A peu près la même thématique et l'expression "pleins et déliés" reprise. De mes parents, je n'ai à peu près rien gardé d'autres que ces bribes d'écriture.

      Supprimer
  5. C'est encore plus émouvant comme cela... Joyeuses Pâques, Danièle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, je m'aperçois que j'ai repensé à ce cahier le jour de l'anniversaire de la mort de ma mère.
      Joyeuses Pâques à toi aussi, Monique !

      Supprimer
  6. La seule chose qui me viendrait à l'esprit devant un tel ouvrage,tant émouvant,
    Ce serait de poser mes narines à l’intérieur,
    et sentir ainsi la maturité des odeurs de vieux papier .
    Parce que mon nez ne se trompe pas.
    Et parce que chaque chose de la vie dans son parcours à une odeur.
    Même à ce stade, en sommeil .
    Je te remercie pour ce très bel hommage à ta mère.

    RépondreSupprimer
  7. Et j'aimerais lire ton ouvrage "Enfansillage"
    http://www.editions-unicite.com/duteil-daniele-et-valerie-rivoallon-enfansillages-anthologie-de-haiku-.php.
    Si tant est, que (fils d'ancien prof de lettre) j'admire ton travail. Je le voudrais dédicacé.
    Bonnes Paques

    RépondreSupprimer