mercredi 20 juin 2012

Trois voix se répondent pour chanter la vie






Trois feuilles sur la treille
Janick Belleau, Danièle Duteil, Monique Mérabet



 L’iroli éditions, 2012
ISBN 978-2-916616-16-2
14,00 €
L’une habite Montréal, la seconde l’île de Ré et la troisième à la Réunion.
Elles se rencontrent sur le chemin du haïku le temps d’un livre richement illustré d’un herbier. Trois voix qui se répondent pour chanter la vie.
Danièle Duteil attache autant d’importance aux scènes de la nature qu’aux rencontres de hasard ou à ceux qui l’entourent. Elle évoque rarement ses impressions préférant les suggérer.

Chemin des Dames
le brouillard
n'efface rien


plage érodée
en haut de la falaise un pin
au bord du vide


Elle privilégie souvent l’épure. Un exercice difficile de haute voltige qu’elle maîtrise la plupart du temps :

au bout
de son pinceau
le vide

          Janick Belleau, habituée qu’elle est des tankas, ne cache pas ses sentiments. Telles les poétesses japonaises Hisajo Sugita ou Madoka Mayuzumi, elle ose dévoiler son cœur, faisant fi du discours rigoriste qui veut exclure la moindre émotion du haïku.

lune effilée
à travers les persiennes –
ton doigt sur mon dos


loup sur les yeux
je l’entends dans le noir
tourner les pages

Au contraire de Danièle Duteil, elle évite les haïkus trop abrégés, préférant employer au mieux toutes les possibilités offertes par une dizaine de mots.

pluie diluvienne
à pleines mains humer
la terre


          Je situerais Monique Mérabet à la croisée des deux précédents chemins. Elle préfère évoquer, sans épanchement, ces instants 'magiques' de sa vie quotidienne plutôt que peindre des tableaux naturalistes.

aujourd'hui
j'ai laissé la mangue
aux cétoines


nouvelles chaussures
sous mes pas l'escalier
change de chanson


Si le haïku de forme court/long/court a sa préférence, elle ne cherche pas à l'enfermer dans le schéma des 17 syllabes, privilégiant la fluidité du propos.

prof retraitée
dans le pot les stylos rouges
se dessèchent


          Toutes ces différences, subtiles mais certaines, font le charme de l'ensemble.
Souhaitons que les trois feuilles restent longtemps sur la treille... !
 


La lettre du haïku n° 56, juin 2012

distribuée gratuitement par l’Association pour la promotion du haïku


 Directeur de publication : Dominique Chipot


**

8 commentaires:

  1. Félicitations pour cette recension élogieuse ! Moi aussi, j'ai beaucoup apprécié la lecture de ce très beau recueil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Monika ! Une lecture intéressante de D. C., qui met parfaitement le doigt sur nos différences de tempérament.

      Supprimer
  2. J'attends toujours le recueil... il tarde; peut-être est-il en réédition ou alors il a pris la clé des champs.
    Pourtant la libraire ne tarissait pas d'éloges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-ci ou "Enfansillages" ? Tu me dis lequel et je te l'envoie : ce n'est pas normal que ton libraire ne l'ait pas encore.

      Supprimer
  3. Un très beau recueil
    dont je recommande la lecture.

    RépondreSupprimer