mercredi 9 décembre 2015

HAÏKUS DU TRAIN

l'attente au quai
un vent de brouillard
transperce ma veste

lent démarrage
le dong dong des roues
sur une voie d'ombre

cheminées d'usine
des arbres dépouillés bornent
la vie des ouvriers

mon regard baladeur
d'un voyageur à l'autre
que des yeux clos

comme une cloque
ce château d'eau dans le ciel
odeur de café

l'heure des écoliers
de la fenêtre du train
plonger dans leur cour

09h:23 58
à la pendule de la gare
le compte à rebours

signal sonore
la porte se referme
sur d'autres visages

un clocher à la vitre
sa silhouette précise
sur un monde en fuite

premières éoliennes
lentement elles évacuent
un reste de nuit


**


De Marcel Peltier :

Un seul train
dans la nuit profonde,
et plus rien.


**


De Magyar  :


wheels screech
as the night train changes tracks
a cat fight


le miaulement des roues
quand le train change de voie
combat de chat

(Traduction D. D.)

** 

De Yanis Petros :

sur les rails
paupières mi-closes
mon esprit déraille
j'en suis tout chose 


**



14 commentaires:

  1. Relance :

    Un seul train
    dans la nuit profonde,
    et plus rien.

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette belle relance, Marcel. Amitiés.

      Supprimer
  2. Un doux voyage, bercé par le rythme du train...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le privilège du train : rien d'autre à faire qu'à regarder et à écrire.

      Supprimer
  3. Tout un monde saisi avec précision. Je m'y croirais dans ce wagon qui fait dong dong.
    Les cènes se déroulent au fil des haltes, au fil des heures.
    L'impression que tu pourrais écrire ainsi de manière infinie.
    Merci d'être passée chez moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on pourrait écrire de manière infinie dans le train, c'est plutôt plaisant. A bientôt, Aliénor !

      Supprimer
  4. Très réussi!
    Une belle unité poétique dans cette succession d'haikus autour d'un voyage en train. Je suis déjà venue lire et relire plusieurs fois cet article avec plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Lybe-Anke. Les voyages forment la jeunesse et l'esprit. Bonne semaine.

      Supprimer
  5. Heureuse de retrouver tes haïkus, Danièle. Ton blog avait disparu de mes favoris lors d'une fâcheuse opération de maintenance, mais c'est en lisant Sôseki que j'en ai retrouvé le chemin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si mon blog disparaît, c'est que je ne suis pas très assidue, ces derniers temps. J'y remédierai en 2016. A bientôt, Tania !

      Supprimer
  6. wheels screech
    as the night train changes tracks
    a cat fight

    __Nice senryu collection! _m


    RépondreSupprimer
  7. sur les rails
    paupières mi-closes
    mon esprit déraille
    j'en suis tout chose

    Belle fête de Noël !!!

    RépondreSupprimer