mercredi 22 avril 2015

Notre temps



côtes en vue -
leurs yeux vides
au bout du voyage
ils ne connaîtront pas
le goût de la liberté

** 


Magyar

capsized
sailing to a lost promise
the lives 

chavirés
dérivant vers à une promesse perdue
la vie

** 

Marcel

Leur barque
renversée,
quels cris !


** 

Mercé

Liberté de vous-même
perdu dans les vagues de la vie
ne sachant pas maintenir leurs convictions
aux modes imposées par la société ...
 

** 

 Bill

voyagers
as far as hope
could bring them


voyageurs
aussi loin
que l'espoir les porte

(Trad. Danièle)

**

20 commentaires:

  1. capsized
    sailing to a lost promise
    the lives

    __Escape, can be in more than one direction; this, such a depressing world for so many soles, a sad 'World Day.' A faild escape can be... ..

    RépondreSupprimer
  2. +

    Leur barque
    renversée,
    quels cris !

    +

    Amicalement.
    Marcel.
    http://minimaliste.eklablog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les années passent et nous en sommes toujours au même point. Navrant !

      Supprimer
  3. Liberté de vous-même
    perdu dans les vagues de la vie
    ne sachant pas maintenir leurs convictions
    aux modes imposées par la société ...

    una abraçada !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Una abraçada, comme tu dis Mercé. Bon weekend.

      Supprimer
  4. Triste (gros) temps parfois :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En certains endroits, la mer est un véritable cimetière. Merci Monddo.

      Supprimer
  5. Un bon tanka exprimant bien la lutte pour la liberté.

    bonne journée Danièle :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Yanis. Il est important d'en parler. Bon weekend.

      Supprimer
  6. Pas de choix entre la fuite et la mort: un scandale d'inhumanité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un scandale de plus... Nous sommes face à un véritable génocide.
      Amitiés.

      Supprimer
  7. Beaucoup d'émotion à partager. Tristes temps!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Combien de temps encore ,
      Bon weekend, Monique.

      Supprimer
  8. Et l'horreur chaque jour ou presque
    se renouvelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le plus triste, c'est qu'une partie du monde s'habitue à l'horreur.
      Bien amicalement.

      Supprimer
  9. Où aller? Où ne pas aller?
    Très beaux tes mots, très dramatique le tout...la mer a l'air si bleue...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se réunit en "sommets", et la montagne accouche d'une souris.
      Merci Colo. A bientôt.

      Supprimer
  10. voyagers
    as far as hope
    could bring them

    RépondreSupprimer