vendredi 27 avril 2012





sur leurs traces
jusqu'au bois de sapins noirs
là-haut le vent

**

10 commentaires:

  1. et dire que certains prétendent
    que les races existent
    au point de vouloir en effacer les traces

    RépondreSupprimer
  2. Haïku stimulant. Mais n'étant pas chasseur de têtes, ni d'animaux, je n'y connais rien en traces animales...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un sanglier, je pense. L'autre, je ne sais pas.

      Supprimer
  3. De ses empreintes dispersées
    naissaient de petits papillons verts ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et des papillons jaunes et blancs. La montagne sentait l'humus.

      Supprimer
  4. Là, tout de suite, je pense à un ours et à un sanglier et, quelle que soit la bête, la promenade me plait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute un sanglier. Pas d'ours en Ardèche. Et l'autre ?

      Supprimer
  5. Sur cette planète
    l'atout terre tatouée
    paroles s'envolent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paroles s'envolent, empreintes restent... Le vent n'en souffle mot.

      Supprimer