samedi 17 avril 2010


La vague se brise
sur le dos gris d'une digue
chute lumineuse
du vol fulgurant des mouettes
l'air ne retient que les cris


Danièle (Anthologie du tanka francophone, Ed. du Tanka francophone, mars 2010 - ISBN 978-2-9810770-6-6)

*******************************************************

la vague à larmes
l'oiseau à lire
les cris à terre...

(JEA)

*******************************************************

silence -
seule
la plainte du brise-l'âme

Danièle

*******************************************************

tremblements de terre
sécheresse et tempêtes
nuages de cendres
un monde qui s'effondre
au seuil de l'Apocalypse

(Keith)

********************************************************

le volcan
crache sa lave
de ses flancs
l'eau jaillit

Danièle

********************************************************

Volcans et vents
à notre esprit annoncent
vulnérabilité

(Ötli)

********************************************************

Correspondances-
la vague qui se brise
une déchirure

(MINIK DO)

********************************************************

12 commentaires:

  1. la vague à larmes
    l'oiseau à lire
    les cris à terre...

    RépondreSupprimer
  2. tremblements de terre
    sécheresse et tempêtes
    nuages de cendres
    un monde qui s'effondre
    au seuil de l'Apocalpse

    RépondreSupprimer
  3. Orthographe corrigée à la dernière ligne: Apocalypse

    RépondreSupprimer
  4. @ JEA

    silence -
    seule
    la plainte du brise-l'âme

    RépondreSupprimer
  5. @ Keith

    le volcan
    crache sa lave
    de ses flancs
    l'eau jaillit

    RépondreSupprimer
  6. Volcans et vents
    à notre esprit annoncent
    vulnérabilité

    RépondreSupprimer
  7. Danièle, va voir le collage que MINIK DO a publié aujourd'hui sur son blogue. On dirait qu'il s'est inspiré de ta très belle photo !

    RépondreSupprimer
  8. @ Monika

    En effet ! C'est intéressant.

    RépondreSupprimer
  9. Correspondances-
    la vague qui se brise
    une déchirure

    RépondreSupprimer
  10. Echos et correspondances. Merci Ötli, merci Minik Do !

    RépondreSupprimer